lundi, 24 septembre 2018
ArabicEnglishFrenchHindiItalianSpanishTurkish

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Vous êtes Charlie, moi non. Je ne peux l’être car je ne peux affronter Dieu pour faire plaisir à un humain. Je ne peux pas blasphémer en m’identifiant, comme vous l’avez fait sans sourciller, à Charlie, un blasphémateur récidiviste contre l’islam et le prophète [Paix et salut sur Lui].

Vous, vous avez non seulement revendiqué être Charlie, mais vous l’avez clamé partout sur les médias de l’hexagone. On n’entendait plus que vous pour relayer la campagne de presse à la mémoire de ce blasphémateur. Vous l’avez fait pour rendre service à un vieux pote de l’Internationale socialiste au plus bas dans les sondages, au mépris des humeurs de votre peuple, majoritairement musulman. Vous l’avez fait, oubliant qu’il y a quelques années, en prêtant serment sur le Saint Coran, vous avez juré que votre gouvernance s’inspirera de celle de l’Emir des croyants, Umar Ibn Al Khattab.

Il est vrai que vos compatriotes n’ont pas attendu longtemps pour se rendre compte de la duplicité, votre gouvernance ayant rapidement été plombée par des scandales de plusieurs milliards de nos francs subtilisés des caisses de l’État pour des destinations inconnues. Vous vous êtes formellement identifié à Charlie alors que vous savez parfaitement que se réclamer Charlie, dans les circonstances qui ont prévalu à Paris, va au-delà de la simple conception de la lutte contre le terrorisme. Se réclamer Charlie épouse une idée d’athée, dans la pure logique de l’existentialisme d’un Jean-Paul Sartre. Sauf votre pardon, vous avez commis une faute très grave en islam. L’islam, ce n’est pas un discours vide et ronflant, c’est un comportement. J’ai bien écouté les oulémas qui ont rencontré le Premier ministre Brigi Rafini.

Croyez-moi, leurs propos sont loin d’avoir convaincu vos compatriotes. Ils ne peuvent pas prétendre avoir mal interprété vos propos ; des propos parfaitement clairs que vous avez tenu à répéter partout sur les médias français, histoire de vous faire entendre par tout le monde. Il n’y a pas de quiproquo possible dans cette histoire et les oulémas qui ont porté ce message, à commencer par Dr. Sambo que l’on dit véridique, savent parfaitement que votre faute est incontestable et qu’il ne sied pas de la camoufler ou même de la faire porter par des boucs émissaires.

Monsieur le Président, de boucs émissaires, j’ai compris que vous en avez déjà trouvé et ceux qui parlent en votre nom n’ont pas hésité à désigner Hama Amadou, Seïni Oumarou et Mahamane Ousmane. Je trouve cela à la fois déplorable et malheureux. Comment pouvezvous chercher d’autres responsables que ceux que vous avez commandé à votre Premier ministre de rencontrer ? Comment pouvez-vous vous permettre de faire de ces malheureux évènements une exploitation politicienne alors que vous en êtes à la base ? J’ai l’habitude de dire que ce qui va vous nuire, c’est cette mentalité de « gagnant éternel » qui vous fait croire que vous allez toujours vous tirer à bon compte. C’est la pire des décisions que vous avez prise. Car, en arrêtant vos adversaires politiques pour une raison qui n’existe pas, vous amplifiez la chienlit politique dans une atmosphère déjà très tendue. Ne vous faites pas d’illusion, vous ne pourrez pas anéantir l’opposition politique en usant de la force que vous confère le pouvoir d’État. Au contraire, plus vous en abusez, plus vous élargissez davantage le fossé qui vous sépare de vos compatriotes. Le Nigérien déteste l’injustice et vous devez bien savoir que tous les accidents de parcours démocratique connus dans ce pays sont essentiellement dus à la primauté de l’injustice, au déni du droit et à l’abus du pouvoir d’État.

Monsieur le Président, je crois bien que vous vous rendez compte à présent pourquoi, depuis des semaines, je m’emploie à vous dire que vous allez droit dans le mur. Cette fois, il est clair que vous le savez autant que moi : vous ne pouvez même plus rêver d’avoir un second mandat. J’irai jusqu’à pronostiquer que vous n’irez pas au second tour. Le Président français à qui vous avez préféré faire plaisir au mépris de votre peuple, doit être également déçu et désabusé. Vous avez donné des garanties aux médias français qu’il existe au Niger une unanimité autour de votre « Charlie ». Dans les cinq jours qui ont suivi, le démenti cinglant est là, plus parlant que tout ce que vous avez pu raconter dans l’hexagone. In fine, vous n’avez ni l’un ni l’autre.

Par votre faute, Zinder, Agadez, puis Niamey, Magaria, Gouré et Mirriah ont été les théâtres de violents affrontements entre manifestants furieux et forces de maintien de l’ordre suite à des propos par lesquels vous dites vous reconnaître formellement dans un blasphémateur contre l’islam et le prophète Mohamed [Paix et salut sur lui]. Le problème, je l’ai déjà dit, n’est pas tant de manifester la solidarité du peuple nigérien à l’endroit de la France éprouvée par les attentats des frères Kouachi ; le problème, c’est que vous ne vous êtes pas contenté de cette mission régalienne qui pèse sur vos épaules. Vous êtes allé plus loin, vous propageant pratiquement sur tous les médias pour distiller « la bonne parole » charlienne. C’était vous sur Radio France internationale (RFI), c’était vous sur TV5, c’était vous sur BBC, c’était vous également dans le journal Le Monde. Une campagne de presse en bonne et due forme pour Charlie Hebdo, au mépris total de l’opinion dominante du peuple nigérien dont vous avez la responsabilité.

De tous les chefs d’État présents à Paris, vous étiez le seul à vous répandre ainsi dans les médias pour marteler une conviction que votre unique présence à cette manifestation suffit à cerner. J’ignore pourquoi vous avez mis tant de zèle dans cette campagne qui, vous le savez au moins, se présente comme un couteau à double tranchant dans un pays à forte dominante musulmane comme le nôtre. Car, dire « Je suis Charlie » recouvre d’autres réalités que celle du rejet de toute forme de terrorisme et vous les percevez clairement. Pour preuve, le comédien Dieudonné a été inculpé, soit disant pour apologie à l’antisémitisme pour avoir affirmé, au nom de la liberté d’expression qu’on concède volontiers à Charlie Hebdo pour offenser les musulmans, qu’il est Charlie Coulibaly. Rien que ça. Alors que des Français de souche ont tenu dans les jours suivants des propos plus outrageants à l’endroit de l’islam sans rien craindre. Ainsi, le journaliste Philippe Tesson a clairement affirmé sur Europe 1 que « C’est pas les musulmans qui amènent la merde en France ? » sans jamais être inquiété par la justice française.

Monsieur le Président, en fin de journée, alors que je m’apprête à arrêter les points dont je vous parlerai cette semaine, j’apprends que votre ministre de l’Intérieur a adressé une correspondance à Albadé Abouba lui notifiant qu’il prend acte des conclusions du congrès tenu au Palais du 29 juillet. C’est là un autre front éminemment plus risqué que vous ouvrez, à moins de 72 heures des évènements qui ont endeuillé le Niger. C’est la preuve que vous ne comptez pas vous arrêter en si bon chemin. Les morts ? Autant en emporte le vent !

Votre ministre de l’Intérieur n’a-t-il pas dit qu’ils assument entièrement les morts par balles, histoire d’encourager cette folie meurtrière des forces de l’Ordre à qui vous assurez par ces propos malheureux, une couverture totale. Même si elle n’est pas suffisamment épaisse pour ses auteurs, les ordres exécutés étant manifestement illégaux et l’article 15 de la Constitution est clair là-dessus : « Nul n’est tenu d’exécuter un ordre manifestement illégal ».

Monsieur le Président, croyez-moi, vous allez droit dans le mur. Vous imaginez un peu le Niger en période électorale avec des partis que vous avez divisés ? Si l’on n’y prend garde, le Niger risquerait d’être un vaste champ de batailles rangées et tous les effectifs de la Police, de la Garde nationale et de la Gendarmerie ne pourraient y faire face.

À bon entendeur, salut !

Mallami Boucar, Le Monde d'Aujourd'hui

Articles récents

19/09/2018, 21:52
west-africa-ecowas-10-million-illegal-arms-in-circulation-in-west-africa The ECOWAS Commission on Tuesday disclosed that about 100 million illegal small arms and light weapons are in circulation...Lire plus...
19/09/2018, 21:49
startups-au-niger-de-l-electricite-a-partir-de-jacinthes-d-eau L'idée peut paraître saugrenue. Mais après tout : si l'on peut obtenir du biogaz à partir de...Lire plus...
18/09/2018, 16:10
niger-says-italian-priest-kidnapped-near-burkina-faso-border An Italian priest has been kidnapped in a part of Niger where a number of extremist groups are active, the West African...Lire plus...
18/09/2018, 16:08
un-missionnaire-italien-enleve-dans-le-sud-ouest Un missionnaire italien Pier Luigi Maccalli a été enlevé à son domicile de Bamoanga, dans le...Lire plus...
18/09/2018, 16:04
securite-le-niger-et-le-nigeria-renforcent-leur-strategie-commune-pour-eradiquer-boko-haram Face à la persistance des attaques meurtrières du groupe terroriste Boko Haram et le crime transfrontalier...Lire plus...
COMMENT TROUVEZ-VOUS CE NOUVEAU SITE WEB?
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
Total des votes:
Premier vote:
Dernier vote: